01 janvier 2006

Je Fais Ce Que Je Veux



Bonne Année et bla bla bla…

On pose les résolutions comme on mise sur un chiffre à la roulette. Souvent, la boule tombe à côté. Cette année, pour ne pas perdre, j’ai décidé de ne pas jouer.

Je révolutionne les intentions avec l’ultime idée de créer mes petits projets au lieu de les supplier d’arriver. Pleins poumons, grande inspiration, cette année est l’année du départ. Un gros carnet de voyage aux pages vides attend que d’être noirci. J’ai toujours rêvé de mettre les petites babioles de ma vie dans un coin, les cacher d’un drap blanc, pour que ça ne prenne pas la poussière. Avancer avec les éléments en mode pause.

Jeunes français, avons la chance de n’avoir pour frontières, que celles que l’on se créé. La fainéantise, la peur, l’argent, le temps. Aucun soldat ne nous attend, derrière la barrière, fusil en joue. Il n’y a donc aucune raison valable pour ne pas voir ailleurs.

Ce pourrait être le plus beau projet de ma vie. Le projet de la vivre.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Au Pulp – Avril 2005 »