08 janvier 2006

Jet Lag

opherideaublanc

La tête devant le rideau. Ils sont finis les backstages puisque maintenant c’est nous qui le faisons le spectacle. Katia et moi jouons les directrices artistiques à la perfection, mais je manque de chuter sur une marche ombrée. On ne peut pas tout contrôler.
La prochaine Méchante Soirée sera la plus belle, la plus complète, la plus glamour, la plus aboutie.
Je peux partir en paix.
J’apporte les documents nécessaires à la jeune fille qui semble faire son premier jour, au guichet de la préfecture. De mes doigts gelés, presque crispés, je noircis les cases des éléments de ma vie en bloquant sur la date de naissance de mon père. Je bute, je calcule, je cherche, et je mens. Je ne sais plus, quand il est né ni qui il est.
Dix minutes pour faire un passeport, dix ans de validité.
Ce rideau de tissu blanc pour un manteau de neige blanche.
Aujourd’hui, il fait -11 degrés à Montréal.

Que ceux qui ont vent de mon départ profitent de moi maintenant.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Le Rideau Blanc »