02 février 2006

La Crise

4

Utiliser les mots comme des cartouches qui ont l’avantage de ne jamais être à blanc. Ca blesse, pour de bon et sans prévenir.

J’engrange souvent, beaucoup avec tout le monde, une manière simple et cruelle de faire ses réserves. Vannes ouvertes, recracher le flot de ressentiments. Dieu que ça pue la rancœur bien macérée.

Aujourd’hui, je tire à vue d’œil sur ceux qui me prennent pour du gibier. On pourrait bien tenter de me désarmer, si encore on pouvait m’approcher.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Naked »