28 juin 2006

Ouais Je Pars Connasse, Et Alors ?

Image Hosted by ImageShack.us

Epuisée, des cartons à faire, des affaires à ranger, des affaires qui ne sont pas à moi, pas mon passé. De la poussière sur les mains, les bras, celle qui encrasse le jean’s et se glisse sous les ongles. Une feuille de Zurban de l’été dernier entre chaque assiette, alors il faut maintenant protéger les verres, asphyxier les peluches enfantines entre des disques et des vieux films vidéo.

Alors, je me souviens avoir scandé des slogans affreux, je me souviens me foutre de tout le monde, ce monde étalé en rang d’oignons, bien loin de ma première gaypride d’il y a dix ans. Me foutre de la connerie, des dires, des regards, de la fourberie. Traîner les guiboles jusqu’à épuisement, pour gommer de mes semelles, le trajet, là où on ne marche jamais.

Un regroupement lesbien rue des Ecouffe où l’on étouffe. Un attroupement de gay devant les restaurants de falafels. Des coups de membres en sueur sur mes bras nus, dans un Pulp surchargé de filles qui vaut tous les samedis les plus cuisants, les plus barbants pour un tarif élevé et une musique qui occasionne l’acouphène.
Le plus drôle, faire une cuire une marmite de pâtes pour 8 filles affamées, endolories : Polly, Fixmer, Skizzo, Ophé, Isa, Elixie, Sophie et moi.

Courbaturée, c’est un lundi. Je file rue de l’Arbre à Sec, le type de la boutique Street Machine parle nouveau parquet pour le prochain magasin. Il va me chercher les Ethnies, je lui demande si elles vont se faire facilement, je fais quelques pas, du miroir au banc tagué, de la caisse à chez Artoyz.
Envie de tout acheter, tout voler, saccager, embarquer. La vendeuse me fait un clin d’œil parce que moi aussi j’ai remarqué que les clients de devant étaient vraiment emmerdants. Je veux agrandir ma famille In Crowd mais j’adopte Gloomy et Queezer.
Dans la valise, il y aura autant de place pour my toyz family qu’il n’y en aura pas pour la vraie. C’est peut-être ça la définition d’un départ, fuir les terribles constats d’une réalité maussade.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Gabriel is Gay »