04 novembre 2006

Un Post Bourré de Liens

Image Hosted by ImageShack.us

Soit, j’ai cinq jours de congés devant moi. Ce n’est pas cinq jours durant lesquels je me demanderai dans quel état je vais retrouver mon poste en revenant. Non, ce sont des jours qui me laissent libre de vaquer à ne rien à faire ou bien au contraire, à sortir, m’éclater, découvrir ce que, à vrai dire, je fais depuis mon arrivée avec une certaine méfiance, une tête hochée comme tout bon français, bien con, bon chien de garde.

Hier soir, traversée périlleuse entre le vent glacial qui paralyse la mâchoire, et des travaux plutôt dangereux pour les passants du Boulevard Saint Laurent. Club Soda. Ticket. Vestiaire. Bière. On entre. Concert de The Rapture, en forme, sourire au bec, ça fait plaisir. Sortis du schéma des groupes de rock qui se croient obligés de tirer la gueule pour se sentir important, pas très content. Il y a pourtant bien longtemps que le rock n’est plus une histoire de contestation.
En première partie, deux jeunes australiens font leurs shows en collant moulant et maillot trop grand floqué Keith Haring. Le tableau de la partouze géante qui trône étrangement dans mon salon parisien et que je passe des heures à contempler. The Presetz font de drôles de bruits avec leurs machines, bougent les mains comme on débuterait la danse des canards, ont les visages cachés grâce à une lumière en contre-champs et me font secouer la tête avec enchantement. C’est la première fois que j’achète un album en sortant d’un concert.

Il y a quelques jours, j’ai redécouvert Dexter de Ricardo Villalobos, enfoui dans ma discothèque. Bien qu’ayant quelques anniversaires à son compteur, je ne m’avance pas trop en disant que c’est l’un des plus beau morceau électro minimal, au même niveau d’émotion que Soopertrack d’Extravelt. Deux incontestables références pour ceux qui aiment danser en ayant l’impression de voir se décrocher leurs cœurs.

Mission: « Ramène-moi King Ken Pink ! » pour Dj Soul Sista, en visite à Paris. À moins qu’entre temps, je ne craque pour Mr Spoons. Ou les deux.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Asphalte »