05 janvier 2007

SK#101

Image Hosted by ImageShack.us

Est ce qu’on fera mieux dans sa prochaine vie ? Pas sûr. Peut-être parce qu’on n’aura tout simplement pas conscience que c’en est une nouvelle.

En tous les cas, certains ne se posent pas la question et essayent à tout prix de fuir l’actuelle pour s’immerger dans une autre.
Dans Second Life, ils disent Your world, your imagination. Alors j’y suis allée parce qu'un nouveau départ pour pas un rond, ça en vaut la peine, mais surtout qu’on peut y faire du 36 de taille, avoir la carrure stalloniène période Rocky I ou bien encore le poil hirsute et la tête d’un transformer.
L’interface met du temps à s’installer, tout le monde semble se connaître, des terrains sont parfois inaccessibles. Je me suis téléportée en Ile de France où je me suis fait accoster par deux types, l’air louche qui m’ont chaudement recommandé de changer de look, déjà, ça jette un froid. Ensuite, le builder me dit que pour avoir de l’argent, je peux trouver des arbres sur lesquels des billets poussent, laver les vitres ou vendre des cybers t-shirts à 1000 L$ pour lui afin d’en récolter 10 %.

Alors je me suis envolée. Oui, ça fait toujours bizarre à lire. Parce qu’on peut voler. L’atterrissage est une autre affaire, j’en ressens déjà les cybers bleus sur mes genoux. Pas facile de se débarrasser de l'afluence gravitionelle.
Je suis entrée dans une discothèque, un cyborg m’a invitée à danser quand je me suis soudainement propulsée dans l’espace sans en comprendre la raison. Il n’y avait que moi et la Lune. J’ai essayé de redescendre, j’ai appelé à l’aide, impossible de m’échapper.
Il faut donc comprendre que la seconde vie n’est pas si différente de la première. On tombe sur des gens pas nets, et puis on se retrouve dans des situations fatigantes qu’on n’avait même pas vues venir.
Mais je dois avouer que passer quelques minutes seule, dans ce froid galactique en compagnie d’un satellite naturel, fût assez magique.
Et puis j’ai planté.

Un peu plus tard, j'ai appris que le FN (fucking Nazi) était le premier parti politique Français à avoir ouvert un bureau virtuel dans Second Life. Cyber propagande, réelles inquiétudes.

Je vais peut-être retourner jouer à Yoshi.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Snapshot avec la Lune »