18 mars 2007

SK#122

Image Hosted by ImageShack.us

Le vigile a le sourire aussi large que l’envergure de ses bras lorsqu’il me fait pénétrer dans le backstage. Je pose mes affaires et me précipite vers la table pour me servir une vodka-guru que je finirai par ne pas boire. L’appel du « c’est gratuit, prend tout ce que tu peux. »

La toile géante sur laquelle sont diffusées les œuvres du v.j. est transparente. Je vois la petite foule qui commence à s’échauffer sur de la world music. J’ai le trac, les mains qui tremblent, je mixe tous les mardis depuis neuf mois, devant la moitié de ces gens, ça ne peut pas arriver maintenant. Mais la salle est immense, et recèle des têtes familières. Le son brûlant, les esprits à la fête.
Je n’entends rien dans mon casque, le moniteur me casse les oreilles. J’enfile le premier disque, je respire profondément, je bois de l’eau et j’enchaîne. Vinyle sur vinyle, de plus en plus fort, de plus en plus calibré, lumineux, chaleureux que les gens ne s’y trompent pas et lèvent les bras, puis suivent mon doigt qui bat le rythme. Je tremble moins lorsqu’il faut laisser la place, je regrette de ne pas épuiser la foule davantage, les faire suer et les voir partir, fermer les yeux et succomber à l’harmonie du minimal.

Sur le dance-floor, je finis mon eau, on me touche le bras pour me parler, on me touche toujours les bras, on me félicite, les mecs hochent la tête, entre épaules larges on ne se tripote pas, et les filles soutiennent le regard, la bouche entrouverte et disent « merci, vraiment. », c’est toujours ainsi et je ne sais toujours pas quoi répondre. Je ne fais que passer des disques après tout, faut pas déconner.

Je ne crâne donc pas dans la salle. Je m’assieds et pense au prochain gros set devant les copines, à Arno d’Imagoo Tattoo qui va m’encrer une manchette old-school complète dans deux semaines, puis à lundi, à San Francisco, est-ce qu’il fera assez chaud, l’hôtel sera-t-il confortable, vais-je louer une voiture, où est mon passeport, APN ou caméra, et Colibri portera-t-elle sa robe bleue…

Alors si vous vous ennuyez durant mon absence, vous pouvez toujours trouver le candidat à la présidence qui se rapproche le plus de vos convictions (Robert Baud pour moi) où jouer à devinator (super fort) voire même regarder l'excellent site de topito. (les top 10 des trucs les plus cons).
Ne me remerciez pas.


Photo :
Copyright D. Juncutt
« Alex - Boston »