21 mars 2007

SK#123

Image Hosted by ImageShack.us

Tu poses tes affaires dans un bac en plastique, tu retires tes chaussures, ta veste, ta ceinture et tu fourres tout dedans. Dis adieu à ton briquet et ta bouteille d’eau, tu les poses sur une table et c'est sans broncher. Tu passes le détecteur de métaux, pendant que ton sac et le bac sont inspectés par un scanner. Un type te fouille le corps alors qu’un autre te fouille le sac de fond en comble allant jusqu’à suspecter de vieux papier de bonbons oubliés dans une poche. On y est tous passés, passagers terroristes présumés. En ligne droite, à imaginer un scénario similaire pour tous les tolars, réduit au même niveau, classe éco ou affaire, à la limite de voyager nu pour un maximum de sûreté.

Mais ça, c’était avant qu’un douanier s’attarde méchamment sur mon badge à la gloire de Céline Dion. Là, fièrement épinglé comme on accrocherait sa légion d’honneur, à hauteur de ses yeux tombants, il pouvait lire « Celine Sucks ».
« -You don’t like Celine ? Qu’il me dit en regardant à peine mon passeport.
« - Hum oh, it’s just a gift you know… »
Il m’affuble ensuite de questions identiques qui me donnent l’air coupable de quelque chose. Du moins, il m’en persuade presque.

Six heures d’avion, deux films ennuyeux, trois cafés, quatre zones de perturbations et un atterrissage réussi. SFO, valises sur le tapis, shuffle, hôtel avec vue sur un mur. Vent frais, petite veste, Chinatown, Union Square.San Francisco a un goût d’Europe. Il ne trône pas à tous les coins de rue l’union jack à défaut du Rainbow flag sur Castro Street.

Et puis comme il semble faire moins vingt degrés à Montréal, la Californie fait doublement du bien.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Cable Car – San Francisco »