31 août 2007

SK#162

Image Hosted by ImageShack.us


Le forum des halles un jeudi en fin d’après midi. Une richesse sociale. D’autres ont eu l’idée de fouiner avant le week-end, trouver sa tenue pour je ne sais quelle soirée. Chez H&M, un lot de pétasses se vautre sur les fringues fluo pour chercher la perle qu’elles retrouveront sur une autre pétasse plus dégourdie qui sera passée le mercredi.
Un tas d’affaires traînent sur le sol, vraisemblablement la cible d’un combat acharné.

Envie viscérale. Il faut que je lise. Les vigiles font mines de faire leur boulot à l’entrée de la Fnac. Un tas de jeunes est regroupé à l’entrée, avec un air de « je rentre – je rentre pas- je rentre- je rentre pas. »

Les livres starifiés sur les étalages laissent à penser qu’il faut impérativement les acheter. « Si tu ne lis pas ça, t’es totalement out ». Quelques euros dans le creux de ma main, je vais au rayon poche qui me semble ne regorger que des titres valables pour les fiches de lectures de quatrième. Je veux du contemporain, du vif, du présent, de la vie, celle qui me ressemble, celle qui me permet de dire qu’aucune vie n’est plus valorisante qu’une autre tant qu’on n’a pas souffert.
Je trouve un vieux livre. Pas si anciens, mais plus d’actualité. Qui fini à six euros entre deux autres auteurs. La vie d’un écrivain. Se donner autant de mal à raconter des histoires qui finissent à prix sacrifiés.. Une vérité qui me fait douter, qui me coupe l’envie. Il faut vraiment avoir des choses à dire pour se lancer. Prouver que son discours vaut la peine de trouver lecteur. Ne pas se comparer pour avancer.

Mais puisqu’il est l’heure de danser, ce soir je mixe.

Flyer :
Clitorise du 31 aout à la Flèche d’Or.