26 avril 2008

SK#198



C’est un vendredi soir.
Je suis.
Comme les pierres. De celles qu’on ne ramasse pas, dissimulée entre toutes, identique à première vue. Comme les pierres. Trop lourde pour ricocher. Qu’on glisse dans sa poche et qui fini en bloque porte. Mais de de plus près. Comme les pierres. Fossilisée par son passé, usée, rayée, abîmée par les mains des petites filles qui voient en elle la plus lisse, et de sa forme rigolote, finira abandonnée sur le recoins d’une cheminé. Souvenir d'une journée de plage ensoleillée. Comme les pierres. Immobile et impassible, fière et forte. Ne redoutant pas le temps. Comme les pierres, malheureuse, déshumanisée mais miraculée.

Photo :
Copyright D. Juncutt
« Mademoiselle Chat Chat »