08 juin 2008

SK#204



Dans cette petite salle rouge, du monde, du monde encore. Des visages qui ne changent pas tellement. Et lorsque je commence à compter le nombre d’ex à qui je ne dis plus bonjour de la même manière je songe doucement à me retirer.

Celles que j’ai fièrement emmenées par la main, et du bout de mon cœur, dans ce repaire sanguin finissent par suivre une route qui leur est propre. Je suis le marche pied de bien des petites filles qui ne savaient pas. Qui deviendront à leurs tours, meuble d'appoint, contribuant au renouvellement du milieu. Une continuité sans faille qui nourrit ce petit monde.

Des jours, des mois, des années font se créer des affinités incestueuses qu’on ne peut ni contrôler, ni même juger. Mais certaines ne peuvent être digérées...
Le revers d'une médaille que je n'ai jamais gagné.

Sous l’abribus, je regarde ce microcosme s’afférer dans la rue. M’offrant une vision particulière et retirée de ce que je vais fuir quelques temps.

Et si même le soleil osait pointer le bout de son nez, il me ferait espérer qu’une saison vient de passer. Il figerait ce qui n’est plus et me ferait doucement passer à autre chose sans que je m’en aperçoive. Et nous serons de nouveau l’automne, et je serais heureuse.



Photo:
Copyright D. Juncutt
"A l'écart"